MinBane

I write what I like.

Archive for the tag “Comeroun”

RDC: Communiqué du Chef d’État Major des FARDC RDC pour le secteur opérationnel SUKOLA au Kivu (30.08.2016)

Operation Sukola 30.08.2016 P1Operation Sukola 30.08.2016 P2Operation Sukola 30.08.2016 P3

Beni : le Chef de la MONUSCO Maman Sambo Sidikou estime qu’il faut une stratégie différente contre les massacres (30.08.2016)

Beni Pray

Beni – 30 août 2016 : « Il est évident que pour la MONUSCO, les discours et la compassion ne suffisent plus ! Il faut travailler avec le gouvernement et de façon très rapprochée. Il est évident qu’il faut travailler avec les FARDC de façon très rapprochée et arrêter une stratégie différente.» a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RDC (SRSG), Maman Sambo Sidikou, lundi 29 août 2016 à Rwangoma, localité située à 4 km du centre-ville de Beni.

«Parce que nous comptons les morts, les uns après les autres et ça ne peut plus continuer », a expliqué le chef de le MONUSCO.

C’est à Rwangoma que le 13 août dernier, une cinquantaine de personnes ont été massacrées par des présumés ADF.

M. Sidikou, accompagnait le nonce apostolique, Luis Mariano Montemayor, dans sa visite pastorale au Diocèse de Butembo-Beni. Le nonce apostolique a d’ailleurs présidé une célébration en la mémoire des disparus, avant d’insister sur la protection des civils, priorité majeure du mandat de la MONUSCO.

Le mardi 30 août 2016, trois temps forts ont rythmé la fin de la visite du SRSGG à Beni : une rencontre avec les leaders religieux – imams, pasteurs, protestants -, une autre avec la société civile ainsi qu’une conférence de presse.

Pour l’essentiel, ces échanges ont permis de comprendre que la gestion d’un tel dossier nécessite l’implication et la collaboration de tous les acteurs qui, par leurs propositions, leurs idées, peuvent contribuer à la résolution d’une telle crise.

Le chef de la MONUSCO a encore une fois insisté sur le fait que le remède à cette crise n’est pas seulement militaire, que seule une approche multidimensionnelle peut apporter une réponse à cette problématique et qu’il y a lieu de revoir la stratégie actuelle.

C’est dans cette optique que M. Sidikou a annoncé que, très prochainement, en compagnie d’autorités politico-militaires congolaises, il se rendra à nouveau à Beni.

Alain Coulibaly

RDC: Communique du G7 (28.07.2016)

G7 27.08.2016

“Du sable et des cailloux” pour lutter contre l’armée congolaise – RDC #Reporters (Youtube-Clip)

RDC – Mesure de Decrispation Politique (26.08.2016)

RDC 26.08.2016 Free Activist

RD Congo – Nord-Kivu: Note d’informations humanitaires no 16 du 25 août 2016

Beni Pray

Faits saillants

  • Insécurité grandissante à Beni : Environ 50 civils tués par des hommes armés dans la ville de Beni
  • Réduction de l’accès humanitaire au sud Lubero suite à l’insécurité.
  • Près de 2 200 nouvelles personnes déplacées à l’ouest de Beni.
  • Près de 39 500 personnes déplacées vulnérables assistées dans les territoires de Beni et Masisi

Le massacre d’environ 50 civils le samedi 13 août à Rwangoma et Mbelu, deux quartiers périphériques de la ville de Beni, a occasionné une série de marches de colère et de protestation organisées le 17 août par les bureaux de la société civile de Beni, Oicha et Butembo après trois jours de deuil national décrété par le Gouvernement central. Dans la ville de Beni, des sources hospitalières ont rapporté trois décès et au moins huit personnes blessées pendant les manifestations de colère. Selon la Société civile, plus de 1 000 personnes ont été tuées dans le Territoire de Beni depuis octobre 2014. L’insécurité qui prévaut dans la ville de Beni et ses environs immédiats empêche les populations d’accéder à leurs champs.
Ce contexte précaire aggrave la situation humanitaire déjà fragilisée. Les activités humanitaires (accès et autres interventions) ont été paralysées à la suite de trois journées villes mortes décrétées du 15 au 17 août par la Société civile.

Pendant ce temps, les mouvements pendulaires des habitants sont constatés dans la ville. Les habitants des quartiers périphériques touchés par ces tueries hésitent à retourner dans leurs maisons.
Certains préfèrent passer la nuit au centre-ville de Beni et retourner chez eux dans la journée. D’autres ont préféré se déplacer vers d’autres zones. Ainsi, l’ONG nationale ACOPE rapporte qu’il y aurait 839 ménages déplacés à Butembo, 422 à Halungupa/Mutwanga, 677 dans la commune rurale de Bulongo, à Mangina et dans des familles d’accueil à Beni.

L’insécurité persistante au sud-ouest du Territoire de Lubero ne permet pas aux organisations humanitaires d’accéder aux personnes déplacées. Quelque 2 140 nouveaux ménages déplacés (chiffres à vérifier) seraient récemment arrivés dans cette zone, selon des sources humanitaires. Ils sont répartis dans les localités de Bunyatenge (850 ménages), Kasugho (1 050 ménages) et Kagheri (240 ménages). Ils sont arrivés des localités et villages de Masekeseke, Fatua, Bingo, Yama, Makokwando, Kabili, Patalmo, Musumbu et de Katenderwa, entre juin et juillet, suite aux exactions perpétrées par des hommes armés et aux affrontements entre groupes armés.

C’est dans cette zone que des agents humanitaires et des opérateurs économiques sont souvent pris en otage par des hommes armés.

RDC: Arrete Urbain No 3072/28 MCL/Viben/2016 Modifiant l’Arrete No. 3072/26 MCL/Viben/2016 du 18/08/2016 Portant Instauration d’Un Couvre-Feu en Ville de Beni (25.08.2016)

Nord Kivu 25.08.2016 P1Nord Kivu 25.08.2016 P2

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the Democratic Republic of the Congo (23.08.2016)

drc-election

The Secretary-General continues to follow closely the situation in the Democratic Republic of the Congo (DRC), in particular the political dialogue process. He takes note of today’s meeting of the preparatory committee to the national dialogue convened by the Facilitator of the African Union, Edem Kodjo.
The Secretary-General recalls that in resolution 2277 (2016) the Security Council underlined the importance of a credible and inclusive political dialogue to ensure peaceful, credible, inclusive, transparent and timely presidential and legislative elections, in line with the Constitution.
The Secretary-General once again calls on all political stakeholders in the DRC to engage in an inclusive political dialogue in good faith to overcome the impasse in the electoral process. He notes that there is no alternative to a credible political dialogue in the DRC and further urges all actors to refrain from any action that could increase tensions or lead to violence.

RDC: Communiqué de presse de la société civile du Nord-Kivu et coordination urbaine de Butembo (22.08.2016)

Nord Kivu 22.08.2016

Security Council press statement on the situation in the Democratic Republic of the Congo (17.08.2016)

11-24-monusco-drc

They expressed their deep concern regarding the persistence of violence in this region, where more than 700 civilians have been killed since October 2014.

NAIROBI, Kenya, August 17, 2016 – The members of the Security Council condemned in the strongest terms the killing of at least 50 civilians on 13 August in the area of Rwangoma village, North Kivu province of the Democratic Republic of the Congo (DRC), by suspected members of the Allied Democratic Forces (ADF).

They expressed their deep concern regarding the persistence of violence in this region, where more than 700 civilians have been killed since October 2014. They stressed the need for the Government of the DRC to conduct a thorough and prompt investigation into these attacks in order to ensure that those responsible are held to account.

The members of the Security Council called on the Government of the DRC to take further military action, in accordance with international law, including international humanitarian law and international human rights law, as applicable, and with the support of MONUSCO in accordance with its mandate, to end the threat posed by the ADF and all other armed groups operating in the region.

They recalled that drivers behind different armed groups’ activities are varied and that there is no purely military solution to the problem of armed groups, and emphasized the need for comprehensive military and civil responses to these armed groups.

The members of the Security Council reiterated their support to MONUSCO and called on all parties to cooperate fully with the Mission and to remain committed to the full and objective implementation of the Mission’s mandate.

Post Navigation

%d bloggers like this: